« Retourner aux nouvelles

5 mai 2017

Maloney demande de l'aide à Trudeau et aux députés pour sauver des emplois

Le VPI Joe Maloney a demandé de rencontrer le Premier ministre Justin Trudeau, le ministre du commerce international François-Philippe Champagne et tous les députés dans un effort de protéger les emplois qualifiés contre l'Accord économique et commercial global (AECG) et l'accord commercial proposé avec la Chine présentement à l'étude.

Maloney dit vouloir protéger les Chaudronniers contre les accords commerciaux qui « permettront les compagnies étrangères d'importer une main-d'œuvre complète pour construire et entretenir les projets industriels ».

Dans sa lettre à Trudeau et à Champagne, Maloney ajoute : « de telles dispositions seraient un désastre pour des milliers de Canadiens qui œuvrent dans les secteurs de l'énergie et de la construction, particulièrement ceux qui, comme les membres de mon syndicat, construisent et entretiennent des installations stratégiques. »

Il ajoute : « Nous croyons qu'il en est de l'intérêt public de protéger les travailleurs canadiens de la concurrence déloyale et de s'assurer que les installations industrielles stratégiques soient construites par des Canadiens. Des exemples de ces installations incluent sans se limiter aux usines de gaz naturel liquéfié, les installations des sables bitumineux, les centrales nucléaires, les raffineries, les usines de produits chimiques et les pipelines. »

« Dans l'intérêt de la sécurité au travail, l'expérience démontre qu'il y a potentiellement de sérieux problèmes lorsque l'on utilise de la main-d'œuvre étrangère dans ces installations. Ces problèmes ne touchent pas uniquement le personnel de ces projets, mais également les communautés environnantes. »

« Économiquement ces projets injectent des milliards de dollars dans l'économie canadienne en salaires de centaines de milliers de travailleurs. »

Maloney a également sollicité de l'aide dans des lettres au chef intérimaire Conservateur Rona Ambrose et le chef du NPD Thomas Mulcair.

Dans ses lettres aux députés, Maloney demande des rencontres dans leurs bureaux de comtés où ils pourraient rencontrer des Chaudronniers de leur région qui seraient touchés par ces dispositions commerciales.

Maloney a également sonné l'alarme du danger pour les emplois de ces ententes commerciales dans les médias nationaux avec des articles publiés dans plusieurs journaux à Vancouver, Ottawa et St. John's au cours du dernier mois.

Les représentants des Chaudronniers feront partie d'une délégation syndicale qui rencontrera les fonctionnaires du ministère du commerce le 19 mai où ils discuteront la protection de nos emplois.